Massinissa Selmani, Prélude de l'élan visible #2, 2020, graphite et crayon de couleur sur papier, 50x65 cm © Artiste et Galerie Anne-Sarah Bénichou


Galeries

Galerie Anne-Sarah Bénichou


Program associe


Massinissa Selmani

Massinissa Selmani est un artiste d’origine algérienne né en 1980 dont les œuvres sont autant de scènes énigmatiques et ambiguës. Après avoir entrepris des études en informatique en Algérie, il a intégré l'École supérieure des Beaux-Arts de Tours, où il vit et travaille aujourd’hui.

Massinissa Selmani, dont le travail a été salué par une mention spéciale du jury à la 56ème biennale de Venise (« All the World's Futures », commissariat d'Okwui Enwezor en 2015), a participé à de nombreuses expositions personnelles et collectives en France et à l'étranger.

Ses œuvres trouvent leur origine dans les actualités politiques et sociales, issues de coupures de presse qu'il collectionne depuis de nombreuses années. C'est par la confrontation et la juxtaposition sans cohérence logique de ces éléments réels que Massinissa souligne le caractère ironique, voire tragique des situations absurdes et étranges représentées dans ses dessins. La forme documentaire, le processus narratif et fictionnel se placent au cœur des recherches de Massinissa Selmani, qui détourne avec subtilité, humour et délicatesse notre perception de l'image : relecture des coupures de presse, importance de l'architecture comme élément de pouvoir, absurdité des comportements et des situations humaines. À travers une approche expérimentale du dessin et du dessin d'animation, il met en avant la dimension documentaire de sa pratique du dessin, jouant sur la frontière du réel et de l'irréel, du comique et du tragique, caractéristique de son œuvre.

Lauréat du prix Art collector et du Prix Sam en 2016, Massinissa Selmani a également été exposé à la biennale de Sharjah en 2017, à la première triennale de Vendôme, à la Biennale de Dakar (2014) et à la Biennale de Lyon (2015).

Au printemps 2021, il présente à la galerie Anne-Sarah Bénichou une exposition personnelle « Rien sinon du rêve au doigt » où il présente pour la première fois des sculptures, qui font écho aux scènes représentées dans ses dessins. Hommage au poète Jean Sénac, le titre de l’exposition est extrait de l’un de ses poèmes intitulé « Trouvure ».